Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Les nouvelles formes de mobilité au travail : circulations, paradoxes et leurres

Résumé : Dans cet article, l'auteur amorce un recul réflexif et critique sur les nouvelles mobilités et nouvelles territorialités des organisations de travail post-modernes. Plutôt que d'approcher celles-ci à partir des recompositions territoriales objectives, il propose d’interroger l’usage social qui est fait de la notion de mobilité et de nomadisme. En effet, si l’accroissement de la circulation et le développement des comportements de mobilité ne font guère de doute dans une économie de plus en plus mondialisée, le discours actuel sur la mobilité est aussi imprégné d’une forte composante idéologique, mais une idéologie à géométrie variable qui télescope des idées néolibérales avec des considérations managériales, et des propos vantant les bienfaits des technologies de l’information et de la communication. Au nom d’une mobilité modernisatrice qui agit toujours dans l’urgence et dans l’immédiateté, on homogénéise les comportements, on banalise la marchandisation des valeurs et des croyances, on uniformise les manières d’être, de penser, de vivre. Cette apologie de la mobilité, du « mouvement pour le mouvement » parce que « c’est moderne » est brocardée par l’auteur, qui se plait à pointer les contradictions, les paradoxes et les leurres de certains propos des théoriciens du « nomadisme ».
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-02446359
Contributeur : Benoît Raveleau <>
Soumis le : lundi 20 janvier 2020 - 17:47:55
Dernière modification le : lundi 6 juillet 2020 - 15:39:33

Identifiants

  • HAL Id : hal-02446359, version 1

Collections

Citation

Benoît Raveleau. Les nouvelles formes de mobilité au travail : circulations, paradoxes et leurres. Gestion 2000, Recherches et Publications en Management A.S.B.L., 2008, 25 (6), pp.127-145. ⟨hal-02446359⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

26