Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Le Parti Conservateur et l’adhésion à la Communauté européennee : coulisses d'un vote historique

Résumé : Le 1er janvier 1973 le Royaume-Uni rejoint la Communauté Economique Européenne. Le moment est historique car après des années d’atermoiement et deux vétos du Général de Gaulle, le Royaume-Uni devient enfin un partenaire européen. Pour le Premier ministre conservateur de l’époque, Edward Heath, il s’agit d’une victoire personnelle et politique. Personnelle, en premier lieu, car Edward Heath fut dès le début de sa carrière au sein des Conservateurs un européen acharné et convaincu. Tout son programme politique à son arrivée à Downing street en juin 1970 était élaboré autour de l’accession de son pays au Marché Commun. Signer le traité d’accession fut le plus grand et le plus bel accomplissement de sa carrière. Victoire politique, aussi, car cette réussite fut acquise au prix de longues négociations et tractations avec l’aile radicale du Parti conservateur, la plus farouchement opposée à l’Europe. Ainsi, convaincre Georges Pompidou de la bonne foi des britanniques et de leur engagement à être des partenaires constructifs et loyaux ne fut pas la tâche la plus difficile à laquelle fut confrontée Edward Heath. Rarement il y eut autant d’oppositions et de dissensions intra-parlementaires autour d’une loi mais la question européenne divise bien au-delà des clivages droite-gauche. Dans son propre parti, Heath dut gérer la fronde publique d’Enoch Powell et d’une trentaine de députés adversaires du Marché Commun mais aussi la pression plus discrète du Monday Club qui assura Heath de sa non-obstruction si en contrepartie ce dernier levait toutes les sanctions contre le gouvernement d’Ian Smith en Rhodésie du Sud. Se distinguent alors trois dimensions concentriques : la dimension britannique, la dimension européenne et la dimension impériale. Ainsi cet épisode du vote pour l’accession à la Communauté Européenne met en lumière toutes les problématiques autour de l’identité du Parti conservateur et de ses loyautés instinctives, problématiques qui ne cesseront de l’agiter jusqu’à l’autre date historique du vote en faveur du Brexit le 23 juin 2016. Peut-être n’est-ce pas un étrange hasard si le Parti conservateur fut le parti qui négocia l’entrée dans l’Europe ainsi que sa sortie quarante ans plus tard. Les concessions trop généreuses d’Edward Heath à ses partenaires européens et les pactes secrets négociés avec l’aile la plus à droite du parti créèrent les bases instables et fragiles sur lesquelles ont prospéré les rancœurs, les trahisons et les frustrations vis-à-vis de l’Europe.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-02507262
Contributeur : Laetitia Langlois Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mardi 22 février 2022 - 17:47:52
Dernière modification le : mercredi 23 février 2022 - 03:27:33
Archivage à long terme le : : lundi 23 mai 2022 - 18:03:39

Fichier

Le Parti Conservateur et le vo...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

Laetitia Langlois. Le Parti Conservateur et l’adhésion à la Communauté européennee : coulisses d'un vote historique. Outre-terre. Revue européenne de géopolitique, Ghazipur Publications, 2016, Brexit!, 49, pp.179-190. ⟨10.3917/oute1.049.0179⟩. ⟨hal-02507262⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88

Téléchargements de fichiers

24