Arrêt de service programmé du vendredi 10 juin 16h jusqu’au lundi 13 juin 9h. Pour en savoir plus
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Groupe de parole sur les violences « Quand l’écho permet la passe »

Résumé : Aborder la violence telle qu’elle résonne en chacun dans son actualité singulière et proposer d’en faire « l’écho » collectivement, telle est l’invitation du dispositif en groupe de parole évoqué dans cet article. L’approche des auteurs définit la violence comme polysémique, polymorphe, continuelle, originaire, centrale et problématique. Chacun peut en faire l’expérience au cours de son existence dans divers champs, familial, professionnel, social, voire dans plusieurs, successivement ou simultanément, et selon des positions subjectives variables – auteurs, victimes ou témoins – ou selon encore des configurations complexes. Deux cas cliniques éclairent en quoi le dispositif « groupe de parole » favorise le passage, « la passe », d’une violence engrammée par un sujet vers une métabolisation de ses effets.
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-02508433
Contributeur : Emmanuel Gratton Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : samedi 14 mars 2020 - 17:08:10
Dernière modification le : mercredi 3 novembre 2021 - 06:08:33

Identifiants

Collections

Citation

Emmanuel Gratton, Christian Chambert, Claire Vitet. Groupe de parole sur les violences « Quand l’écho permet la passe ». Dialogue, GFEN - Groupe français d'éducation nouvelle, 2018, 221 (3), pp.49-62. ⟨10.3917/dia.221.0049⟩. ⟨hal-02508433⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

16