Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Deux cas d’adénite cervicale à mycobactéries non tuberculeuses chez l’enfant

Résumé :

Introduction

L’adénite cervicale est la manifestation la plus commune des infections à mycobactéries non tuberculeuses (MNT) chez l’enfant immunocompétent. Elle est pourtant mal connue des dermatologues. Son incidence actuellement en augmentation soulève plusieurs problèmes quant à sa physiopathologie, son diagnostic et sa prise en charge.

Observations

Nous rapportons deux cas d’adénite à MNT, chez une fille de 2 ans vaccinée pour le BCG et chez un garçon de 22 mois non vacciné, dont la présentation trompeuse a entraîné un retard au diagnostic. L’évolution s’est faite vers la fistulisation et le diagnostic a été finalement posé sur des cultures de prélèvements ganglionnaires. Les délais diagnostiques étaient respectivement de 2 et 4 mois. Les enfants ont été traités par 3 semaines d’érythromycine, puis 3 semaines de clarithromycine pour la fille ; par clarithromycine d’emblée pendant 7 semaines suivies d’une excision chirurgicale complète pour le garçon.

Discussion

L’adénite à MNT concerne préférentiellement des filles de moins de 4 ans et survient plus fréquemment en hiver et au printemps. Il faut éliminer les diagnostics différentiels, notamment la tuberculose, par une radiographie pulmonaire. Le diagnostic est orienté par la clinique, une intradermo-réaction à la tuberculine (IDR) positive et la résistance aux antibiotiques classiques. Il n’est certifié que par la culture systématique ou une PCR sur prélèvement ganglionnaire avec recherche spécifique de mycobactéries atypiques. L’augmentation de l’incidence des adénites à MNT, dont les plus fréquentes appartiennent au complexe Mycobacterium avium (MAC), coïncide avec la diminution de la protection infantile par le vaccin BCG. Le traitement de référence est la prise en charge chirurgicale. Néanmoins, des traitements alternatifs (excision incomplète, antibiothérapie, abstention, etc.) sont à discuter en cas d’échec de la chirurgie ou de risque trop élevé de lésion d’une branche du nerf facial.

Conclusion

L’adénite à MNT chez l’enfant immunocompétent est une infection de plus en plus fréquente depuis l’arrêt de la vaccination par le BCG en 2007. Une meilleure connaissance de l’affection, notamment par les dermatologues, permettrait une excision chirurgicale complète à un stade précoce, avec un taux plus faible de séquelles esthétiques.

Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-02616844
Contributeur : Okina Université d'Angers <>
Soumis le : lundi 25 mai 2020 - 01:48:57
Dernière modification le : lundi 25 mai 2020 - 03:20:34

Identifiants

Collections

Citation

N Sigg, S Bailleul, J-M Turmel, G Legrand, Sami Kettani, et al.. Deux cas d’adénite cervicale à mycobactéries non tuberculeuses chez l’enfant. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, Elsevier Masson, 2018, 145 (8-9), pp.505-511. ⟨10.1016/j.annder.2018.02.018⟩. ⟨hal-02616844⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

22