Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Mise en oeuvre des sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) dans le secteur culturel. Diversités entrepreneuriales et difficultés managériales

Résumé : Comment expliquer que le statut SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif), créé par la loi du 17 juillet 2001, n’a pas jusqu’à présent rencontré le succès que l’on pouvait légitimement escompter ? Alors qu’en France de nombreux acteurs, dans la culture comme dans d’autres secteurs d’activité, ont portés et réclamés la création d’une entreprise à vocation sociale, on ne compte qu’une centaine de SCIC (dont 10 % environ dans la culture) plus de cinq ans après sa mise en place. Pourtant, si l’on considère uniquement le champ de la culture, c’est plusieurs centaines de projets qui, théoriquement, seraient susceptibles d’entrer dans le cadre défini par la SCIC. C’est ce paradoxe qui constitue le questionnement principal de cet article.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-03016248
Contributeur : Okina Université d'Angers <>
Soumis le : vendredi 20 novembre 2020 - 12:16:45
Dernière modification le : mercredi 2 juin 2021 - 16:26:04

Identifiants

Citation

Sandrine Emin, Gérome Guibert. Mise en oeuvre des sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) dans le secteur culturel. Diversités entrepreneuriales et difficultés managériales. Innovations, 2009, 2 (30), pp.71 - 97. ⟨10.3917/inno.030.0071⟩. ⟨hal-03016248⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

50