Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Apport diagnostique du dosage des chaînes légères libres sériques d'immunoglobulines pour l'exploration des gammapathies monoconales

Céline Beauvillain 1 Gilles Renier 2 Pascale Jeannin 1 Norbert Ifrah 3 Alain Chevailler 1
1 CRCINA-ÉQUIPE 7 - Innate Immunity and Immunotherapy
CRCINA - Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers
3 CRCINA-ÉQUIPE 9 - Apoptosis and Tumor Progression
CRCINA - Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers
Résumé :

RésuméLes gammapathies monoclonales sont d'occurrence non négligeable (3,2 %) chez les sujets de plus de 50 ans. Pour environ la moitié d'entre elles, elles correspondent, lors de leur découverte, à une gammapathie monoclonale de signification indéterminée (ou MGUS en anglais pour monoclonal gammopathy of undetermined significance). Un peu plus du tiers sont des hémopathies lymphoïdes B avérées (myélome multiple, maladie de Waldenström, amylose) qui représentent le stade ultime de progression des MGUS avec une incidence annuelle de 1 %. L'exploration biologique immunologique validée à ce jour repose sur une analyse conjointe du sérum et des urines par immunoélectrophorèse/immunofixation qui vise à typer l'immunoglobuline monoclonale. Depuis 2001, un nouveau dosage est proposé pour la prise en charge diagnostique de ces patients : la détermination néphélémétrique ou turbidimétrique des chaînes légères libres (CLL) d'immunoglobulines kappa et lambda à l'aide d'anti-sérums spécifiques avec détermination du rapport κ/λ dont le déséquilibre peut être indicateur d'un excès de production monoclonale. Cela reste cependant un dosage quantitatif qui ne peut faire la preuve d'une anomalie qualitative (monoclonalité). L'apport pour le diagnostic et pour le suivi de ce dosage doit tenir compte des propriétés de la réaction antigène/anticorps en milieu liquide (phénomène de zone), du métabolisme rénal des chaînes légères avec ses conséquences en cas d'insuffisance rénale et des interférences possibles avec les chaînes légères liées des immunoglobulines intactes. L'apport diagnostique du dosage des CLL est patent dans les situations cliniques où l'absence de marqueur monoclonal peut être un handicap : myélome à chaîne légère, myélome apparemment non sécrétant, amylose et maladie de dépôt des chaînes d'immunoglobulines. Dans les autres situations (myélome à immunoglobuline intacte, MGUS), l'apport du dosage des CLL comme marqueur diagnostique ou comme indicateur de pronostic ou de suivi thérapeutique n'est pas encore prouvé. Son évaluation nécessitera des études prospectives particulièrement rigoureuses.

Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-angers.fr/hal-03134779
Contributeur : Okina Université d'Angers <>
Soumis le : lundi 8 février 2021 - 14:57:09
Dernière modification le : mardi 9 février 2021 - 03:25:19

Identifiants

Citation

Céline Beauvillain, Gilles Renier, Pascale Jeannin, Norbert Ifrah, Alain Chevailler. Apport diagnostique du dosage des chaînes légères libres sériques d'immunoglobulines pour l'exploration des gammapathies monoconales. Revue Francophone des Laboratoires, Elsevier, 2008, 2008 (404, Part 1), pp.37 - 50. ⟨10.1016/S1773-035X(08)71559-4⟩. ⟨hal-03134779⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

74